Le Bestiaire

Le Bestiaire
Le Bestiaire

Il y avait une fois, là-haut, sur ces montagnes, un agnel blanc. Alors, petit, veux-tu entendre son histoire ? Avec celle de la rate et de son cher ratou, du pauvre petit pou et aussi du grillon, qu’on appelle encore le grelet, le cri-cri. Peut-être que les bêtes sont comme les fleurs des champs, que chacune a trois noms ? L’orvet, par exemple, on le nomme chez nous, l’anivet ; dans le Languedoc, le nadel ; et dans le Berry, le langou. Ceux qui savent les choses assurent qu’il est terrible.
Voici surtout les oiseaux : Margot la pie, l’ajasse ; la tourterelle et l’auriol – c’est le loriot ; le roitelet qu’on nomme encore le roi-petit, le roi-Berthaud, le roi-bellot... Les oiseaux ont un don : ils saisissent les choses avant que les humains les démêlent.
Vous savez aussi ce qu’on dit : l’âne et le bœuf, une fois l’an, à la Noël, peuvent parler comme les gens. En revanche, c’est dans la nuit de la Saint-Jean que les animaux sauvages dévoilent leurs secrets.
Le coq hardi devient parfois coq du clocher ou Moitié-de-Coq, voire Quartier-de-Poulet. Rien de terrible comme les bêtes un peu sorcières. Si ce n’est plus terribles encore, les moitiés de bêtes.
Mais que ce soit le bouc dans la congère ou le pauvre ânichon, la biquette et ses biquets ou les poules et les oisonnes, tous redoutent le loup qui, lui, se défie du renard l’entraînant à la mare et par les champs.
Où trouver refuge sinon au château même des loups ? Les animaux domestiques si dédaignés y sont allés et les ont délogés : d’amont, d’aval, de droite, de gauche, loups, louves, louveteaux, se sont mis à fuir, de plus en plus vite, de plus en plus vite. Et à cette heure :
S’ils ne sont morts
Par la campagne ils courent encore !
Ce Bestiaire regroupe 99 récits, accompagnés de la dernière note écrite par Henri Pourrat pour le Trésor et d’un Index alphabétique général du millier de contes présentés dans cette édition thématique illustrée.

Le trésor des contes

Le Bestiaire

Avec l’index alphabétique général des Contes
Gallimard
Parution : 21-11-1986

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Beaux-Livres/Le-Bestiaire

Les contes

Le Trésor des Contes (Tome 2)

« Ces contes sont une enfance. La première chose qu’ils exigent c’est qu’on les transcrive fidèlement. C’est une bonne fortune que d’en écrire un sous (...)

Le Diable et ses diableries

Henri Pourrat a consacré une grande partie de sa vie à recueillir les contes, venus du fond des âges, et qui, sans lui, risquaient de finir par (...)

Les Fées

Des sept thèmes autour desquels s’organise Le Trésor des contes, celui qui a trait au monde sauvage est peut-être le plus singulier. S’y reflète (...)

Contes

« Les contes populaires doivent être traités avec infiniment de respect : les recueillir et leur rendre leur style, sans plus » : telle était la (...)

Le Trésor des Contes (Tome 1)

« Il est des livres qu’on voudrait emporter sur l’île déserte comme des compagnons familiers de nos robinsonnades, des livres pour les nuits (...)

Au Village

Rondes, défilés ou processions, chants de joie, de colère, ou de deuil, mêlés aux bruits venus de la forge et des ateliers du menuisier, du sellier, (...)

La chemise de la Fée et autres contes

Une branche qui chante et un oiseau de vérité. Un prince à tête de sanglier et un jeune homme qui attrape le diable par la queue… Ogre, fée, animaux (...)

Les Brigands

Après Le Diable et ses diableries, voici un nouveau groupe du trésor des contes, avec pour thème les Brigands. Ce sont les contes de la méfiance, de (...)

Bons, pauvres, et mauvais diables

Au travail dans les champs ou bien au soleil, en foire, dans l’odeur des bêtes et les propos des gens, on se sent comme chez soi. En revanche au (...)

Les fous et les sages

C’est surtout le rire qui domine et l’emporte dans ces 190 contes, dont 32 inédits, représentant les alternances d’un thème double. Les innocents ne (...)

Le Trésor des Contes, Les Amours

« Est-ce qu’il ne faudrait pas penser de plus près à ce que sont les contes : une grande entreprise magique ? Primordiale et universelle. Il y aurait (...)

Le Bestiaire

Il y avait une fois, là-haut, sur ces montagnes, un agnel blanc. Alors, petit, veux-tu entendre son histoire ? Avec celle de la rate et de son (...)

Ni hommes, ni femmes, chantent-ils, tous Auvergnats. De la sorte, quand on songe aux travers et défauts propres à chaque sexe,
on est en droit de penser que l’Auvergnat seul pourrait préparer l’avènement d’une humanité supérieure. (Ceux d’Auvergne, 1928)