Le Diable et ses diableries

Le Diable et ses diableries
Le Diable et ses diableries

Henri Pourrat a consacré une grande partie de sa vie à recueillir les contes, venus du fond des âges, et qui, sans lui, risquaient de finir par tomber dans l’oubli. On s’aperçoit, en lisant ce Trésor, que des séries de contes peuvent se grouper selon des thèmes. Henri Pourrat s’en était rendu compte, à la fin de son immense travail. Mettant en œuvre cette idée, nous avons rassemblé, dans ce premier volume de la réédition du Trésor, les contes sur le thème du Diable, tout ce qui se rapporte aux avatars villageois du drac et aux pactes passés avec lui. S’ajoutent naturellement à ces récits ceux dans lesquels l’argent et la puissance jouent un rôle important (voire celui d’un ressort dramatique) et ceux, enfin, qui font état de pratiques de sorcellerie à la campagne.
Les illustrations qui accompagnent le texte ne visent pas à prendre celui-ci à la lettre (entreprise au reste impossible) ; toutefois, en les disposant en marge des récits, nous avons voulu faire apparaître la conjonction heureuse d’une tradition orale et d’une expression plastique. Ainsi, ces bois gravés, relevés dans des almanachs ou feuilles de colportage, dans des calendriers de bergers, dans des livres d’heures, de prières, ou de sciences occultes, ont le même caractère universel et intemporel des contes. Certains d’entre eux, en effet, qui sont du XVIIIe siècle (voire plus récents), ont l’invention naïve, la verve franche et la facture fruste de xylographies du XVe siècle. Quant aux reproductions en couleur, elles témoignent de l’importance et de la diversité de l’imagerie populaire. « Le génie populaire, selon Pourrat, c’est ce mariage du dépouillement et de l’éclat, des vifs rehauts et des vides, des touches expressives et des zones blanches.

Le trésor des contes

Le Diable et ses diableries

Gallimard

Parution : 25-11-1977

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Beaux-Livres/Le-Diable-et-ses-diableries

Les contes

Le Diable et ses diableries

Henri Pourrat a consacré une grande partie de sa vie à recueillir les contes, venus du fond des âges, et qui, sans lui, risquaient de finir par (...)

Le Trésor des Contes, Les Amours

« Est-ce qu’il ne faudrait pas penser de plus près à ce que sont les contes : une grande entreprise magique ? Primordiale et universelle. Il y aurait (...)

Les fous et les sages

C’est surtout le rire qui domine et l’emporte dans ces 190 contes, dont 32 inédits, représentant les alternances d’un thème double. Les innocents ne (...)

Les Brigands

Après Le Diable et ses diableries, voici un nouveau groupe du trésor des contes, avec pour thème les Brigands. Ce sont les contes de la méfiance, de (...)

Le Bestiaire

Il y avait une fois, là-haut, sur ces montagnes, un agnel blanc. Alors, petit, veux-tu entendre son histoire ? Avec celle de la rate et de son (...)

Le Trésor des Contes (Tome 2)

« Ces contes sont une enfance. La première chose qu’ils exigent c’est qu’on les transcrive fidèlement. C’est une bonne fortune que d’en écrire un sous (...)

Contes

« Les contes populaires doivent être traités avec infiniment de respect : les recueillir et leur rendre leur style, sans plus » : telle était la (...)

Les Fées

Des sept thèmes autour desquels s’organise Le Trésor des contes, celui qui a trait au monde sauvage est peut-être le plus singulier. S’y reflète (...)

Le Trésor des Contes (Tome 1)

« Il est des livres qu’on voudrait emporter sur l’île déserte comme des compagnons familiers de nos robinsonnades, des livres pour les nuits (...)

Bons, pauvres, et mauvais diables

Au travail dans les champs ou bien au soleil, en foire, dans l’odeur des bêtes et les propos des gens, on se sent comme chez soi. En revanche au (...)

La chemise de la Fée et autres contes

Une branche qui chante et un oiseau de vérité. Un prince à tête de sanglier et un jeune homme qui attrape le diable par la queue… Ogre, fée, animaux (...)

Au Village

Rondes, défilés ou processions, chants de joie, de colère, ou de deuil, mêlés aux bruits venus de la forge et des ateliers du menuisier, du sellier, (...)

Ni hommes, ni femmes, chantent-ils, tous Auvergnats. De la sorte, quand on songe aux travers et défauts propres à chaque sexe,
on est en droit de penser que l’Auvergnat seul pourrait préparer l’avènement d’une humanité supérieure. (Ceux d’Auvergne, 1928)